Un siècle d'oubli. Les Canadiens et la Première Guerre mondiale (1914-2014)

Un siecledoubli 1

Qui étaient les soldats qui se sont enrôlés par centaines de milliers dans le Corps expéditionnaire canadien? Que s’est-il vraiment passé devant la crête de Vimy en 1917? Pourquoi les historiens québécois sont-ils si obnubilés par la résistance à la conscription au Québec? Ce sont là quelques-unes des questions qui sont abordées dans ce livre. 

Cet ouvrage, fruit de longues recherches en archives, veut attirer l’attention sur des aspects trop rarement abordés et même méconnus dont l’origine réelle des deux premiers contingents (1914-1915) du Corps expéditionnaire canadien; l’enrôlement des Francophones; le mythe de la tempête de neige sur Vimy le 9 avril 1917; les Canadiens qui ont servi sous différents drapeaux; le pillage à Arras en mars 1918; et la conscription vue sous un autre angle.

Cent ans après le déclenchement de la Première Guerre mondiale, l’histoire de cette période pourtant cruciale de l’évolution du pays et du monde en général est plutôt mal connue au Canada français. Les Canadiens n’ont pas seulement combattu en France et en Belgique, ils y ont vécu et partagé l’existence des habitants, avec qui ils ont développé des liens étroits, qui sont malheureusement trop souvent oubliés de nos jours.

L'auteur

Diplômé de l’Université Laval, Jean Martin est, depuis 2000, historien à la Direction Histoire et Patrimoine (ministère de la Défense nationale du Canada) 

Caractéristiques

Titre: Un siècle d'oubli. Les Canadiens et la Première Guerre mondiale (1914-2014)

Auteur: Jean Martin

Année: 2014

Collection: Histoire militaire

Format: 14 x 20 cm

ISBN: 978-2-924142-18-9

Pages: 236 (cahier photos, cartes, index)

Prix: 24,95 $ 

Ce que l'on a dit:

«Dans un livre documenté, rigoureux, argumenté, Un siècle d’oubli, […] l’historien Jean Martin explore la face cachée de l’engagement canadien. […] Le souvenir de la Première Guerre mondiale s’estompe lentement. C’est bien normal. Jean Martin nous invite à ne pas oublier.» Jocelyn Coulon, La Presse, 13 novembre 2014.